Connexion

Mot de passe oublié
NOUVELLE-CALÉDONIE

Plus de train d’atterrissage

Publié le mercredi 10 septembre 2014 à 14H01

Il aura fallu trois heures pour évacuer la piste et permettre au trafic aérien de reprendre.

Les Nouvelles-calédoniennes

Un avion transportant une habitante de Lifou malade a fini sa course sur le ventre, hier sur le tarmac de La Tontouta, à 12 h 50. Le train d’atterrissage ne se serait pas verrouillé. Les quatre occupants s’en sortent indemnes.
Grosse frayeur à La Tontouta, autour d’un accident rarissime. Hier, à 12 h 50, un appareil d’Air Loyauté, un Beechcraft 200, s’est affalé sur la seconde bretelle de la piste d’atterrissage. Quelques minutes avant, le pilote d’Air Loyauté en provenance de Lifou, en charge d’assurer l’Evasan d’une femme malade de 38 ans, s’aperçoit que son train d’atterrissage ne se déploie plus automatiquement. En quelques minutes, et compte tenu du faible trafic aérien du jour, il décide de se dérouter de son plan de vol initial, et choisit d’atterrir à l’aéroport de La Tontouta, plutôt qu’à l’aéroport de Magenta. Après avoir épuisé au maximum son carburant en effectuant des cercles dans le ciel, le pilote entame la descente et actionne manuellement son train d’atterrissage.

Si l’arrivée au sol se passe sans encombre, la situation devient rapidement périlleuse. Le train d’atterrissage, bien que sorti, ne s’est pas verrouillé. L’avion s’affaisse sur le ventre et glisse sur le tarmac jusqu’à la deuxième bretelle de sortie des appareils. Alertés du souci de l’avion, les hommes du service de sauvetage et de lutte contre l'incendie des aéronefs (SLIA) interviennent immédiatement. L’aéronef est aspergé à l’aide de deux jets d'agent extincteur. Un tapis de mousse couvre la carcasse accidentée et le sol afin d’éviter tout risque d’embrasement.

À bord, le pilote, le copilote et les deux passagers sont indemnes. La femme évasanée pour une maladie infectieuse ne constituait pas une urgence absolue. Elle a été conduite en ambulance jusqu'au CHT. Ses trois autres compagnons d’infortune ont été pris en charge par les pompiers de Païta. Une enquête de première information d'un agent de la Direction de l’aviation civile en Nouvelle-Calédonie a été ouverte. Selon les premiers éléments, c’est une défaillance technique, et non une erreur humaine, qui serait à l’origine de l’incident. L’évacuation de l’"avion ambulance" et la remise en sécurité de la piste ont été réalisées peu après 16 heures. Le vol à destination d’Auckland, devant décoller à 11 h 50, et celui en provenance de Sydney, devant théoriquement atterrir à 15 h 50, ont accusé plusieurs heures de retard.

Les Nouvelles-calédoniennes
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg