Connexion

Mot de passe oublié
RAPPORT

La CTC pointe "l'extrême fragilité de la situation financière"

Publié le mardi 02 septembre 2014 à 17H23

C'est Wilfred Tavaearii qui est désormais le tavana de Taiarapu Ouest.

DR

La chambre territoriale des comptes a publié un rapport sur les exercices 2007 et suivants de la commune de Taiarapu Ouest. Les magistrats financiers pointent "l'extrême fragilité de la situation financière" de la commune composée de trois communes associées : Toahotu (3 566 hab), Vairao (2 784 hab) et Teahupoo (1 289 hab). Tous les indicateurs financiers (résultat de fonctionnement, excédent brut de fonctionnement, capacité d’autofinancement brute, capacité d’autofinancement nette) sont au rouge sur la période 2008 – 2012, "alors même qu’ils ne prennent pas en compte l’intégralité des charges dues par la commune", précise la CTC.
"Cette extrême fragilité de la situation financière est confirmée par la faiblesse des ressources de la section d’investissement, ainsi que par les résultats eux-aussi déficitaires des budgets annexes de l’eau et des ordures ménagères. Seule une gestion beaucoup plus rigoureuse des charges de personnel permettra à la commune de Taiarapu-Ouest de sortir de l’impasse budgétaire vers laquelle elle se dirige." La CTC rappelle qu'en 2006 elle indiquait que la réduction de la masse salariale apparaissait nécessaire pour redresser la situation. Or, ces effectifs sont restés stables. Un plan de départs volontaires n'a conduit à aucune économie et le personnel a même augmenté, passant de 92 agents en 2007 à 93 agents en 2012. Elle représente désormais 70 % des dépenses de fonctionnement.

S’agissant des services publics environnementaux, la commune de Taiarapu-Ouest est confrontée aux mêmes problématiques que les autres communes : elle devra assurer le service de distribution d’eau potable au plus tard le 31 décembre 2015 et le service
d’assainissement au plus tard le 31 décembre 2020, en application du Code général des
collectivités territoriales (CGCT).  En ce qui concerne le service public de l’eau potable, la chambre encourage la commune à poursuivre son programme de travaux et à engager les phases 2 et 3 définies dans le cadre de son schéma directeur d’alimentation en eau potable (SDAEP). S’agissant du service de l’assainissement, La commune n’envisage pas de mettre en place l'assainissement collectif de son territoire, ni dans le cadre d'une intercommunalité, ni dans le cadre d’un syndicat. Dès lors, la chambre recommande que la commune examine les conditions nécessaires à la création d’un service public d’assainissement non collectif (SPANC).

Plus d'infos dans notre édition de demain.

Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg