Connexion

Mot de passe oublié
Solidarité

En selle pour lutter contre le suicide

Publié le jeudi 11 septembre 2014 à 01H00

Avant la 12e Journée mondiale qui se tiendra samedi à la mairie de Pirae

Avant la manifestation de samedi, les sportifs se sont mobilisés : ils pédalaient dimanche dernier pour financer les appels téléphoniques de SOS Suicide en Polynésie française.

Avant la manifestation de samedi, les sportifs se sont mobilisés : ils pédalaient dimanche dernier pour financer les appels téléphoniques de SOS Suicide en Polynésie française.

Dimanche dernier, 70 cyclistes se sont rassemblés à Mahina pour la prévention du suicide. Ils ont parcouru pas moins de 5 000 km. Ces kilomètres viendront s’ajouter à ceux qui seront réalisés par les cyclistes du monde entier participant à l’opération “Cycle Around the Globe” (en vélo autour de la Terre) imaginée par l’Association internationale de prévention du suicide à l’occasion de la 12e Journée mondiale.

Chaque participant a contribué à hauteur de 1 000 Fcfp, avec à la clé un ticket de loterie dont le tirage aura lieu samedi. Le gagnant recevra un billet aller-retour Papeete-Tokyo offert par Air Tahiti Nui. Chaque kilomètre vendu permettra de financer un appel téléphonique, car le plus souvent l’écoute dure plus de 30 minutes.

Cette année, le thème de la Journée mondiale est “la prévention du suicide : un monde connecté”, mettant l’accent sur l’importance des liens à plusieurs niveaux pour prévenir le suicide. Car “être connecté” est crucial pour les personnes vulnérables.

Des études ont montré que l’isolement social peut augmenter le risque de suicide et, à l’inverse, que d’avoir de forts liens humains peut avoir un effet protecteur. Tendre la main à ceux qui se sont coupé des autres et leur offrir soutien et amitié sont des actes pouvant sauver la vie.

“Être connecté” peut aussi être compris en termes de soins cliniques. La maladie mentale, notamment la dépression, est un facteur de risque important de suicide. Les offres de soin et leur coordination sont encore à améliorer. Les personnes souffrant de maladie mentale “passent souvent à travers les mailles du filet”, en particulier - mais pas exclusivement - dans les pays en développement.

Enfin, la Journée mondiale de prévention du suicide a également aidé ceux qui ont été endeuillés par un suicide à se faire entendre dans les débats sur la prévention.

Pour une meilleure visibilité, les organisateurs locaux de cette Journée mondiale célébrée hier, le 10 septembre, ont préféré en reporter l’essentiel à samedi pour pouvoir toucher un public le plus large possible. Elle s’ouvrira dès 8 heures dans les jardins de la mairie de Pirae (lire programme en encadré) où l’on pourra notamment y entendre quatre conférenciers, Edgar Tetahiotupa, Patrick Amaru, Christine Perez et Sylvia Richaud, sur le suicide dans la culture polynésienne.

À cette occasion sera renouvelée une convention entre SOS Suicide et la mairie de Pirae : cette dernière met à disposition de l’association un local pour l’accueil physique et téléphonique. En retour, l’association forme des personnels communaux - pompiers, muto’i, agents - à la prévention et la prise en charge.

Le programme de la journée de samedi

8 heures : Ouverture

- Présentation de la journée

- Prière et chants par le Conseil des Églises

9 heures : Présentation des stands d’information

- Le centre d’information des droits des femmes et des familles

- Vivre sans drogue

- Le Fare Tama Hau

- SOS Suicide - les plantes médicinales

Midi : Pause déjeuner

13 heures : Conférences : “Église et suicide” par les membres du Conseil des Églises

14 heures : Conférences : “Suicide et culture polynésienne”

- Edgar Tetahiotupa et Patrick Amaru

- Christine Perez

- Sylvia Richaud

16 h 15 : Remise des attestations de formation et signature de la convention entre SOS Suicide et la commune de Pirae

16 h 30 : Concert de ukulele

18 heures : Tirage de la loterie. Lot : un billet aller-retour Papeete-Tokyo

18 h 15 : Clôture

CP
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg