Connexion

Mot de passe oublié
MOOREA

Plan de gestion de l’espace maritime : un projet de révision sur les rails

1 contribution

Publié le samedi 13 septembre 2014 à 01H00

Réunion du comité permanent

Le comité permanent du plan de gestion de l’espace maritime (PGEM) s’est réuni mercredi, pour sa réunion mensuelle, à la mairie de Teavaro.

Avec Hinano Ienfa, adjointe au maire en charge de l’environnement, les membres du comité ont débattu sur plusieurs sujets, comme la révision du document actuellement en application, ainsi que le programme des manifestations pour l’anniversaire de cette réglementation.

Christian Monier, du service de la pêche, et Charles Mahé, de l’agence des aires marines protégées, ont présenté un sommaire bilan financier du PGEM.

“Madame PGEM”, Onyx Le Bihan,  présente le programme des concours organisés pour l’anniversaire.

“Madame PGEM”, Onyx Le Bihan, présente le programme des concours organisés pour l’anniversaire.

Une vingtaine de personnes membres du comité permanent étaient présentes à cette réunion mensuelle autour du PGEM, dont quelques élus qui assistaient à leur première réunion du comité permanent. Il a été question en premier lieu du choix du prochain représentant des pêcheurs au sein du comité permanent, en remplacement de Faustine Pautu, démissionnaire. Si aucun candidat n’a été proposé, le comité a toutefois décidé de réunir dans chacune des communes associées, les pêcheurs, qui nommeront leur représentant. Ce sont ces représentants qui présenteront leur candidat. Ce dernier désigné aura pour mission d’assister aux réunions du comité permanent, afin d’être le relais en cas de doléances à soumettre, ou d’apporter son point de vue lorsqu’un sujet mettra en cause le monde de la pêche lagonaire.

Le sujet important de la journée a été le vote pour une révision de l’actuelle réglementation du PGEM. Mis officiellement en application en novembre 2004, ce texte a fait ses preuves tant au niveau de la ressource que sur les comportements. Il présente toutefois quelques imperfections. Celles-ci ne pourront être remaniées que si le comité le décide. Auparavant, les élus devront voter une délibération demandant la révision, avant de la soumettre au conseil des ministres pour approbation. Chronologiquement, cette révision s’engera en premier lieu par la mise en place d’un atelier de méthodologie, prévu du 20 au 24 octobre.

 

Faire rapidement avancer les choses

Il sera destiné à former une trentaine de personnes choisies (issues du Pays, d’élus, de la population civile et de représentants du monde associatif) à leur nouvelle fonction. Celle-ci consistera à rencontrer les résidents afin d’obtenir leurs doléances et point de vue pour une amélioration de la réglementation. Ces enquêteurs entreront en activité début 2015, l’objectif pour Onyx Le Bihan, “Madame PGEM” au sein de la commune, étant de faire avancer les choses rapidement, de façon à ce que fin 2015, une réglementation révisée et finalisée puisse être présentée aux autorités pour approbation avant sa mise en application. En attendant cette date, l’actuelle réglementation reste bien entendu en vigueur.

 

Concours de totems et de courts-métrages

Parmi les différentes manifestations prévues pour célébrer les 10 ans du PGEM, la commune a mis en place un concours “prix libre”, ouvert en individuel ou en groupe de cinq personnes maximum. Deux sujets sont proposés. Le premier est la création en 3D d’un totem représentant la faune et la flore du lagon. L’aspect extérieur de la sculpture doit être recouvert de matières naturelles, ou recyclées. Sont interdits, l’utilisation de coraux, burgau, trocas, et autres éléments de la faune marine. L’utilisation du sable est acceptée. La réalisation devra mesurer 80 cm minimum et 1,20 m maximum. Second sujet : la réalisation d’un court-métrage (2 à 3 minutes) produit dans une deux ou trois langues, sur la protection du lagon. De nombreuses autres actions sont programmées courant septembre octobre et novembre, comme le nettoyage des plages par le biais d’associations, une journée portes ouvertes de la clinique des tortues (7 novembre) avec présentation de nombreux stands d’information, un Tuaro maohi plage de Temae (8 novembre), ainsi qu’un carnaval avec défilé de chars (15 novembre) à Vaiare, face à Champion.

Des chiffres et des pistes de financement

Christian Monier, du service de la pêche, et Charles Mahé, de l’agence des aires marines protégées, ont présenté sommairement un bilan financier du PGEM. Selon Christian Monier, la mise en application du PGEM a coûté environ 53 millions de Fcfp depuis sa mise en activité. Une somme très variable dépensée selon les années et qui a eu pour bénéficiaires, les scientifiques pour leurs travaux de recherche au travers de leurs 117 stations de surveillance (10 millions de Fcfp), les associations par le biais de subventions (15 millions de Fcfp), le reste ayant été versé pour l’entretien des sites et du matériel, (panneaux-bouées), la réalisation de la plaquette, éditée à 30 000 exemplaires, etc. Soit une dépense moyenne de 4,4 millions de Fcfp par an. S’ajoutent à ces dépenses, la participation de la commune dans l’achat de matériel, la mise en place d’un mutoi référent en la personne de Rudolph Toromona, et le travail effectif de nombreux bénévoles.

Charles Mahé a, pour sa part, présenté quelques pistes de financement qui pourraient apporter un plus considérable aux finances du PGEM, comme une contribution des utilisateurs du PGEM, qui se traduirait par une légère augmentation de leurs prestations au profit du PGEM, le reversement d’une part de la taxe des nuitées hôtelières affectée à la commune, la réactualisation des redevances pour occupation temporaire du domaine public maritime. Il préconise aussi de s’intéresser aux possibilités offertes par les fonds européens, le mécénat, les appels à projets de fondations, etc.

De notre correspondantJeannot Rey
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg

Les dernières contributions


08/11/2014 à 12h50

Vous avez besoin de prêt d'argent pour faire face aux difficultés financières que vous avez, pour enfin sortir de l'impasse que provoquent les banques, par le rejet de vos dossiers de demande de crédits.Je voudrais vous informer que si vous êtes dans le besoin d’un prêt pour sortir de l'impasse ou pour vos différents besoins, veuillez simplement envoyer votre requête à ce mail : raphaelchancl@outlook.fr pour obtenir votre prêt en 72 heures au plus.Offre valable à toute personne habitant la France, Martinique, Guadeloupe, Wallis-et-Futuna,Maurice, Canada, Suisse, Nouvelle-Calédonie et la Polynésie .Merci de faire comme moi et envoyer votre demande pour obtenir votre prêt en 72 heures au plus.Ceci n'est pas une blague.J'en ai eu satisfaction moi.
e-mail :raphaelchancl@outlook.fr