Connexion

Mot de passe oublié

Aakapa livre des mystères

1 contribution

Publié le vendredi 24 octobre 2008 à 08H52

NUKU HIVA - Apprentis archéologues à la découverte du patrimoine Afin de valoriser au mieux la section sculpture du CETAD (Centre d’éducation aux technologies appropriées au développement) de Nuku Hiva, les équipes pédagogiques de l’établissement ont souhaité cette année mettre en place un projet, unique en Polynésie française, de sensibilisation des élèves au patrimoine culturel et naturel. Dans ce but, Jean Huukena et David Loffreda, tous deux professeurs au CETAD, ont accompagné les élèves de 2e et 3e année pendant près d’une semaine dans le village le plus retiré de Nuku Hiva, Aakapa.

archeo300.jpgIl s’agissait d’y retrouver l’archéologue Pierre Ottino et l’équipe de l’association Atitoka, dont l’objectif est d’oeuvrer pour la sauvegarde du patrimoine. Après une première journée consacrée à la visite des nombreux sites archéologiques situés aux abords de Aakapa, les élèves du CETAD se sont attaqués, sous la direction de Pierre Ottino, à la restauration d’un site unique en Polynésie française, celui de Puu. “Ce site entièrement clos” précise David Loffreda, “se caractérise dans sa partie haute par un “meae” recouvert par deux gigantesques “temanu”, dont l’un forme une impressionnante arche au-dessus de la route. En contrebas, une source a été particulièrement bien aménagée et alimente des bassins étagés autour desquels des “paepae” (marae) de grandes dimensions ont été construits par les anciens Marquisiens.”

Sur place, les jeunes apprentis archéologues ont dû commencer par le nettoyage des terrasses, puis ce fut le temps de la remise en place du pavage. Un véritable travail de puzzle, pour lequel les élèves ont dû mettre à jour des pierres depuis longtemps enfouies dans la boue des bassins. L’occasion pour ces élèves du CETAD d’observer de nombreux blocs avec des cupules et des surfaces de polissage témoignant des activités de leurs ancêtres. “Nous avons été étonnés” explique Jean-Christophe, élève de 3e année, “de trouver sous le pavage des restes de coquillages consommés et aussi des fragments de nacre destinés à des outils comme des hameçons ou des râpes à coco et des ornements. Il y avait aussi des fragments d’os de cochons et humains.” Des découvertes aux airs de trésors que les jeunes étudiants du CETAD ne sont pas près d’oublier. “Avant ça” indique l’un d’eux, “le travail des archéologues comme Pierre nous paraissait inintéressant.”

archeo400.jpgMaintenant nous comprenons à quoi ça sert et puis surtout nous avons envie de continuer et d’en savoir plus sur ce métier et sur nos ancêtres.” Un séjour qui n’a pas manqué d’enthousiasmer les élèves qui, pour certains d’entre eux, ne connaissaient pas Aakapa et encore moins l’immense richesse de leur patrimoine. Devant le bilan on ne peut plus positif de cette action pédagogique et culturelle sans précédent, plusieurs classes vertes devraient prochainement voir le jour, afin de continuer les travaux archéologiques des élèves de la section sculpture en collaboration avec Pierre Ottino, mais également avec le soutien unanime des associations culturelles et des commerçants de Nuku Hiva.

De notre correspondante Marie Multeau

 

archeo150.jpgParole à

Pita Hokahumanu, élève de sculpture

"J’ai été impressionné par le nombre de sites archéologiques que nous avons visités à Aakapa. Je ne pensais pas qu’il y en avait autant et surtout d’aussi gigantesques. Comme tous les autres élèves, j’ai adoré faire les fouilles et apprendre comment vivaient nos ancêtres. Avant cette semaine, je ne m’étais jamais renseigné sur l’histoire de mon île.”



Marie Multeau
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg

Les dernières contributions


26/10/2008 à 23h17

qu est ce qu elle en pense yvonne des sites comme celui ci y en a des tonnes aux iles marquises donc la superstition et le tabu c est du passé..