Connexion

Mot de passe oublié

Moruroa risque de s’effondrer

14 contributions

Publié le mardi 22 décembre 2009 à 09H47

ARMÉE – Bilan de la mission de l’État sur l’atoll du “Grand secret”

Avec un Maeva i Moruroa inscrit sur une plaque en bois accrochée à un petit fare jouxtant le tarmac de la piste d’aviation, “Muru” semble être redevenu une île où il fait bon vivre. Mais cocotiers et sable blanc ne sont que la partie visible de cet iceberg, qui recèle dans ses profondeurs ce dont toute l’humanité a horreur : de la radioactivité.

> En 3 points

  • Plusieurs personnalités de l’État et du Territoire, ainsi que deux représentants d’associations, se sont rendus dimanche sur l’atoll du “Grand secret”.
  • Marcel Jurien de la Gravière, délégué à la sûreté nucléaire de la Défense, leur a fait visiter plusieurs sites dédiés à la surveillance de Moruroa.
  • Le plus inquiétant concerne la possibilité d’effondrement de certaines parties de la couronne calcaire de l’atoll fragilisée par les tirs.

Celle-ci a été accumulée pendant les années où ont été réalisés les essais souterrains, et cela par deux vagues successives. La dernière en date a suivi les essais aériens : il s’agissait de tirs puissants réalisés dans le basalte, à environ 1 200mètres de profondeur dans l’ancien volcan totalement éteint depuis des millions d’années. Peu de dangers, donc de ce côtélà, sauf en cas de tremblement de terre, mais la Polynésie est située très loin des zones où se chevauchent les plaques tectoniques.

Faille d’environ 30 à 40 cm de large

Par contre, d’autres essais, certes de faibles puissance, ont été réalisés de manière souterraine avant les essais aériens : dénommés “essais à cheminée atteignant le toit du volcanisme” (CATV), ils se sont déroulés à une profondeur relativement faible (voir encadrés). Ces tirs réalisés entre le haut du basalte et le bas de la couche calcaire formant l’atoll, posent aujourd’hui problème, même si l’éventuelle dispersion de radioactivité serait relativement faible. “Suite aux essais que nous avons effectués en faisant des puits dans le corail pour rejoindre le basalte, il y a unmoment où l’on a considéré que, et l’affaissement de l’atoll, et l’agrandissement des failles n’étaient plus acceptables. Donc nous sommes passés en tirs en lagon”, explique Marcel Jurien de la Gravière, délégué à la sûreté nucléaire de la Défense. “Il y a des failles de 30 à 40 cm de large, on les a augmentées avec les essais,mais elles sont parfaitement suivies et il existe une station où l’on mesure les mouvements du calcaire pour être sûr de bien protéger les personnes qui vivent ici, et en particulier Tureia si jamais quelque chose se passait”, poursuit celui qui a guidé la délégation présente sur l’atoll ce dimanche.

Ce dernier précise que ce phénomène de faille à “Muru” n’est pas unique en Polynésie. “À Rangiroa, il existe une autre faille naturelle très intéressante, où nous avons installé un équipement de sismicité que l’on suit. Il nous sert de référence par rapport à Moruroa.” Sauf qu’à “Rangi”, il n’y a pas eu d’essai CATV ! En effet, le risque consiste à voir s’effondrer dans les profondeurs de l’océan un morceau de la loupe, partie de la couronne calcaire formée au fil des millénaires par le corail. Et cela s’est déjà produit à Muru en fin des années 1970.

Multiples systèmes de surveillance

“Après le tir Tité en 1979, il y a eu un détachement de la loupe d’un certain volume qui a entraîné une vague. Nous ne le savions pas, c’était une première, cette vague a déferlé sur Moruroa et il passait sur la route à ce moment-là un des ingénieurs. Sa voiture a été balayée par la vague et il a eu demultiples fractures. Il n’y a pas eu depuis d’autres détachement de loupe”, précise Marcel Jurien de la Gravière. La Défense a installé de multiples systèmes de surveillance, tant par extensomètre, consistant en des fils d’acier inox tendus après percement dans le corail, que grâce à des inclinomètres, vague mètres, sismomètre et GPS. Tous ces dispositifs étant reliés à un centre de surveillance situé en métropole. En effet, l’enjeu est double, puisqu’il s’agit non seulement de prévenir les troupes situées à Hao de l’imminence de l’arrivée d’une vague, mais aussi de l’atoll voisin de Tureia qui pourrait lui aussi être concerné. Quant à la libération éventuelle de radioactivité dans l’océan : par chance les essais CAVT ont été de faible puissance !

Jean-Marc Monnier

Marcel Jurien de la Gravière Délégué à la sûreté nucléaire de la Défense

“Fils obliques pour surveillance”

“La loupe de corail naturellement fiable a été secouée à Moruroa lors des tirs, rendant l’atoll plus fragile que d’autres. L’armée y assure ainsi une surveillance constante par divers moyens, notamment des extensomètres à fil sur la partie nord de l’île. Il a fallu instrumenter cette zone lorsque l’on a arrêté les tirs au moyen de ce que l’on appelle des fils obliques. On a percé en oblique pour aller le plus loin que l’on pouvait, et l’on ancrait un fil très fin et résistant qui remonte en surface dans ce type de bâtiment, il y en a plusieurs, avec un contrepoids pour que le fil reste tendu, et une instrumentation qui permet de savoir si la masse de corail bouge. Cela allonge alors le fil et cela nous permet de suivre un éventuel déplacement. Ce qui peut se passer, c’est que l’ensemble du massif bouge, mais ce serait un déplacement très lent : aujourd’hui, c’est de l’ordre du millimètre par an. Si cela s’accélérait, on aurait alors largement le temps d’évacuer la zone ici à Moruroa en venant chercher les personnels, et surtout de prévenir les gens de Tureia. On estime que la vague à Tureia serait d’à peu près 1,5 m, et il y aurait donc les moyens de se protéger”.

Glissement hypothétique de roches

L’AIEA a pris en compte un scénario qui pourrait se produire dans un avenir plus ou moins proche dans la partie nord de l’atoll, où des failles sont déjà apparues et où une surveillance continuelle est assurée. Il s’agit du glissement hypothétique de roches carbonatées.


L’AIEA : une dispersion du nucléaire en cas d’effondrement

L’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, un organisme créé par l’ONU et donc indépendant du gouvernement français, a étudié dans son rapport de 1998, la possibilité d’effondrement d’une partie de l’atoll de Moruroa, dont la partie coralienne a été fragilisée par les tirs, au point de faire apparaître des failles : “Les essais nucléaires souterrains ont provoqué des ruptures des pentes sous-marines sur les flancs des parties sud et nord de la couronne de Moruroa. Les ruptures survenues dans la partie nord sont quelque peu préoccupantes, car le lentmouvement de fluage (ndlr = déformation lente) continue. Ces mouvements comportent un risque de glissement de roches carbonatées. Selon l’endroit du flanc où se produirait un glissement, une certaine quantité de matières radioactives pourrait être relâchée dans l’océan. Mais le relâchement serait limité à la quantité présente dans les roches carbonatées près de la zone où s’est produite la rupture par cisaillement.” (page 51).

L’AIEA souligne que c’est dans la zone nord de Moruroa que ce risque d’effondrement est le plus fort, là où ont été effectués les tirs de sécurité de faible puissance, mais à une plus faible profondeur. Et l’agence a étudié cette hypothèse, avec le calcul de la dispersion des matières nucléaires qui s’échapperaient dans l’immensité de l’océan. Pour conclure (page 56) : “À l’exception d’un évènement disruptif extrême (ndlr = de rupture ) hypothétique, les concentrations de radionucléides prévues à long terme tombent aux niveaux ambiants dans l’océan au-delà d’une centaine de kilomètres des atolls de Moruroa et Fangataufa. Ainsi, à Tureia, les concentrations prévues seront voisines des niveaux ambiants et sans importance du point de vue radiologique.”

Reste, bien sûr, le problème du raz-de-marée, qui pourrait être provoqué par l’effondrement d’une partie de cet atoll deMoruroa, d’un périmètre de 63 km.

Y. F.

Jean-Marc Monnier
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg

Les dernières contributions


08/01/2010 à 10h47

Ce n'est pas tout le peuple français que l'on condamne,mais tout ceux qui ont de loin ou de près soutenu ces essaies nucléaires...
Pour te rappeler l'histoire, il y a également eu des FRANCAIS qui ont manifesté contre l'installation du CEP? et toi de quels côtés était tu?
Ici les tahitiens étaient du côtés de l'argent, seul HENRI HIRO a manifesté avec quelques uns qu'on a traité de FOU, maintenant qui sont les FOUS aujourd'hui... et même l'histoire de DE GAULLE est plus importante que celle d'HENRI HIRO.... ou est ma place en tant que Polynésien je te le demande... si tu as de l'estime pour ce peuple que tu dis aimé, alors fait ce que tu dois faire, dire au a ton peuple ce que ces essaies nucléaires ont réélement eu comme conséquences....

jah love

Jah love....

Commentaires anonymes

08/01/2010 à 04h31

Bonjour, j'habite en métropole et ça me fait mal de vous entendre parler comme cela. Je suis venu en Polynésie, j'aime votre culture, votre peulpe, votre façon de vivre, etc. Mais n'accablez pas le peuple francais qui est plus que fier de vous compter dans ses régions. Je me sent consterné même à 20000km. A l'époque et même maintenant, tout le monde trouve ça ignoble mais les intérêts de gros baveux n'avaient pas de limites. Mère nature leur fera payer. Et en reprenant ta phrase "ce qui font du mal au polynésien ramasseront tout seul leur racler ce n'est pas à nous d'encaisser leur connerie". Ni au pauvre français vulnérable.

Commentaires anonymes

30/12/2009 à 12h06

Non steve ne te fais pas fusiller par ses français les tupuna ne voudront jamais, bien au contraire bat toi pour eux, il est vrai aussi que le peuple polynésien ne connaissait pas du tout le fusil et le peuple a pris peur et la france à vu que l'on était des ignorants crédules et naïfs, tous ses français ont profité de notre état d'être!
Mais ce n'est pas grave, nous verrons bien tout çà en live quand on va leur montrer leur caca surtout il faut que ( julien de la grave d'hier) soit là pour nous expliquer toutes les fissures et qu'il ramasse leur m.......e
sur l'atoll, ce qui font du mal au polynésien ramassera tout seul leur racler ce n'est pas à nous d'encaisser leur connerie; bonne fête

Commentaires anonymes

28/12/2009 à 16h31

le peuple ma`ohi dont je fais partie a acceuil difficilement les etranger venues de tres loins,je n`oublirez pas ce que mon pere me disais"ton peuple a accepter ce cadeau par peur d`etre fusiler"et ce cadeau c`est le drapeau protectorat de la france.(il devais nous proteger)il nous a contaminer,le drapeau etait plein de monsonge,mes TUPUNA ont ete trahis par ce cadeau,si j`etait la, j`aurais pas accepter ce cadeau,je prefer encore etre fusiler pour que la generation de demain ne soit pas contaminer.

Commentaires anonymes

25/12/2009 à 15h06

Merci de faire une minute de silence pour les deuches et méharis poussées à l'eau et qui vont être ensevelies sous du calcaire radioactif. Reposez en paix.

Commentaires anonymes

25/12/2009 à 10h54

Devant ce désastre et ces pauvres personnes malades j'ai honte d'être français.

Commentaires anonymes

24/12/2009 à 11h09

Ia ora na mes frères et mes soeurs,
Occident, pendant des siècles ta culture, tes opinions, tes ambitions, tes religions et tes malfaçons ont détruits ceux qui nous avons de plus chère, notre terre ! Des décennies durant, la pollution que tu as déversé sur notre terre pour la gloire de tes pairs, ne furent jamais nécessaire à une vie plus claire !
Aujourd'hui, tu souhiates lance la donne et nous revendre ce qui nous appartient, notre terre, Occident, n'y vois tu pas une maldonne !
Planète à vendre , mes frères et mes soeurs, voici le programme pour les futures générations !
Inch allah !

Commentaires anonymes

23/12/2009 à 23h35

De toute façon avec la montée des océans , Moruroa comme bien d'autres atolls est voué à disparaitre sous les eaux ...

Commentaires anonymes

23/12/2009 à 15h09

Nous représentons que 0,3% de la population francaise, pour mr de la gravière et l'état nous sommes
qu'une tâche de m....
J'espère que ce monsieur a ramener quelques langoustes des failles de moruroa pour son réveillon familial...comme a fait le porte drapeau de la france il y a 20 ans et qui n'a pas encore adhéter à Moruroa et Tatou ( Il a reconnu que la france a menti et s'est servie de lui pour sa politique nucléaire).......

Commentaires anonymes

23/12/2009 à 09h39

tout se casse la gueule à moruroa et fangataufa,
contamination,irradiation , effondrement de moruroa ,
rien y fait pour les politique et spécialistes de l'Etat français il n'y a rien à voir et rien à redire ,
tout est parfait çà ne touchera pas les tahitiens sinon une petite vaguelette qui inondera Tureia,
qu'est qu'on ne peut pas entendre de la bouche de ce monsieur julien de la gravière, un coup c'est çà , un coup c'est un 1,2,3 et pas 1000
un autre coup les autres sont des manipulateurs ,
l'Etat en réfèrera à des experts neutres et non des experts maisons , pour prouver la bonne foi de la france,
messieurs de l'Etat Français la polynésie entière est contaminée et irradiée , arrêtez de vous rendre ridicule par vos explications qui ne tiennent pas et plus la route ,
la France à irradiée et contaminée à tout jamais notre pays , vous êtes redevable à la polynésie pour tout le mal que vous avez fait à ce pays et à ces enfants,
arrêtez de venir justifier l'injustifiable , vous vous ridiculisez aux yeux de notre peuple et du monde entier ,
le pays des drois de l'homme la FRANCE doit prendre ces responsabilités toutes ces responsabilités,
un point c'est tout ,
lumière,

Commentaires anonymes

23/12/2009 à 00h13

Hey Moruroa t'as vu en commence a s'inquiéter de ta santé, après t'avoir maltraités, bombardés, transformés et surtout laissé seul, mais aujourd'hui ce même peuple qui t'a abandonnés se sert de ton Nom pour que le Parrain leurs donne de l'argent, t'as vu un peu ils sont culotés, des personnes élus par notre peuple, j'ai honte, moi je vote pas mais j'honore la mémoire des personnes qui se sont battu pour ce DROIT, oui parcequ'en Polynésie nous n'avons pas vraiment eu des combattans, mais toi Moruroa tu t'es sacrifié pour toute la Polynésie, avec des gens fière aujourd'hui mais au prix de ta vie, ca fait mal de voir les failles que ces bombes t'on fait, ces militaires parlé de toi comme si tu leurs appartenait, voir un gouvernement sourire sur une photo, fier de leurs mission.
Merci Moruroa pour tout, aujourd'hui les eaux vont montés et on te laissera en PAIX.

La nature est mon DIEU, JAH love.....

Commentaires anonymes

22/12/2009 à 22h47

Pour tout cela ... la France restera éternellement redevable à notre Fenua et à son Nunaa ... au delà des reconnaissances quelle pourrait admettre ... n'oublions jamais, Nunaa de TAHITI NUI, enseignons à nos enfants ... que la France est ce qu'elle est aujourd'hui, et depuis plusieurs dizaines d'années, en matière de force stratégique, parmi les plus puissants de ce monde ... c'est grâce à notre Fenua et à notre Nunaa ... l'assistance financière de l'Etat est un dû ... nous ne devons pas avoir d'état d'âme à réclamer de l'Etat ce qu'elle doit à notre Fenua ...

Commentaires anonymes

22/12/2009 à 18h38

et ce calcaire contenant des poches de vapeur radioactive sera dispersé dans l'océan ...
Vu de Paris cela est sans danger.
Cet effondrement de 1979 avait été bien caché et officiellement contesté à l'époque.
Y a t'il des clochettes au bout des fils obliques haute technologie cocorico ? lol

Commentaires anonymes

22/12/2009 à 16h20

je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression qu'on nous raconte des salades...