Connexion

Mot de passe oublié
PUNAAUIA

Les huit candidates à l’élection de Miss popa’a se confient

1 contribution

Publié le mercredi 03 septembre 2014 à 01H00

Concours de beauté vendredi au Captain Bligh

Elles seront huit, vendredi soir au Captain Bligh, à tenter de séduire le jury afin de décrocher  le titre de Miss popa’a 2014, vacant depuis deux ans.

Elles seront huit, vendredi soir au Captain Bligh, à tenter de séduire le jury afin de décrocher le titre de Miss popa’a 2014, vacant depuis deux ans.

Huit jeunes femmes présentent leur candidature à l’élection de Miss popa’a, qui est organisée pour la première fois depuis trois ans. Les profils sont très différents : certaines sont lycéennes, étudiantes, d’autres vendeuse, pharmacienne ou encore surveillante de collège. Trois jeunes femmes suivent une carrière de mannequin amateur. Elles ont toutes répondu avec sincérité à nos quatre questions. Pourquoi participez-vous à ce concours de beauté ? Quels sont vos espoirs et vos atouts pour cette élection ? Quelles sont vos passions de la vie ? Quelle jeune femme êtes-vous ?

“Je veux juste m’amuser sur scène”
Valérie Chabot 20 ans, 1,70 m. Vendeuse caissière à Kelly Surf dans la galerie marchande de Carrefour Punaauia. Réside à Punaauia. En couple.

1/ Je ne pensais pas m’inscrire, mais Belinda, une des organisatrices, est venue me chercher et j’ai dit oui. J’ai déjà été 2e dauphine de Miss Faa’a l’année dernière, ça m’intéressait de revivre cette expérience.

2/ Je ne cherche pas à remporter la couronne. Je veux juste m’amuser, aller sur scène. J’ai une qualité, je sais rester moi-même, être naturelle, je pense que cela peut plaire au jury.

3/ J’ai longtemps pratiqué la danse tahitienne au sein de l’école Huriama de Punaauia. J’ai dû arrêter il y a un an, mais ça me manque. J’aimerais reprendre. Sinon, ma vraie passion, c’est mon métier, vendeuse caissière. Je l’ai choisi parce que j’aime être au contact des clients, parler avec eux.

4/ Je suis une fille très gentille, très simple, qui ne fait pas attention aux qu’en dira-t-on. Je suis aussi un peu timide, alors, monter sur scène est une belle aventure. Je stresse un peu sur le défilé en maillot de bain, parce que je n’ai pas confiance en moi, en mes formes. On verra ce qu’en penseront le jury et le public.

“Je veux me prouver que je peux être très féminine”
Averii Gueho 27 ans, 1,70 m. Surveillante au collège Anne-Marie Jahouvey à Papeete. Réside à Faa’a. En couple.
 

1/ Ma grande sœur Belinda m’a proposé de participer à cet événement. Sinon, ça ne me serait jamais venu à l’esprit. J’ai longtemps été un garçon manqué, je commence à porter des robes depuis un an. Je ne me voyais pas défiler. Finalement, je me suis convaincue toute seule. Quelle belle expérience à vivre ! Je veux me prouver que je peux être très féminine.

2/ Mon atout, ce sera sûrement ma simplicité. Le plus dur sera de défiler en maillot de bain et porter des talons aiguille durant toute la soirée. J’ai l’habitude d’être tout le temps en savate. Mais, l’élection va être plutôt agréable. Il y a déjà une très bonne ambiance avec les organisateurs et les candidates. J’ai eu l’occasion de participer à deux répétitions, et on m’a fait des compliments sur mes progrès. Je me sens en confiance, ça va bien se passer. Je croise les doigts.

3/ Tout ce qui est artistique et manuel me plaît particulièrement. J’ai d’ailleurs suivi une section bijouterie au lycée professionnel Saint-Joseph de Punaauia. J’aime me balader sur la plage, récupérer des bois flottés et créer une œuvre. Récemment, j’ai récupéré des capsules d’ouverture de sodas et j’ai fabriqué un abat-jour. Je les expose chez moi ou dans mon bureau au collège A.-M. Jahouvey, et j’en offre à mes amis.

4/ Je suis une fille simple, sans chichi. On me trouve généralement sympathique, rigolote. J’aime discuter, partager, j’espère que j’arriverai à faire ressortir certains traits de mon caractère sur scène.

“J’aimerais bien gagner, mais je n’en fais pas une obsession”
Vaitiare Thiebaut 19 ans, 1,70 m. Étudiante en 2e année de licence de psychologie à l’Isepp. Réside à Papeete.
 

1/ Mon meilleur ami m’a poussée à m’inscrire. J’ai réfléchi un temps et je me suis lancée. Je vais essayer de vaincre ma timidité pour bien m’amuser.

2/ Mes qualités ? Je ne sais pas vraiment. J’ai pratiqué le ‘ori Tahiti pendant quatre ans avec la troupe Hei ‘Ori de Taravao. J’ai participé au Heiva des écoles à To’ata et au Hura Tapairu au grand théâtre. J’ai l’habitude de me présenter devant un public, même si, là, c’est différent. Je suis souriante, j’aime tout le monde, donc j’espère que cela va me servir pour me distinguer.

Ma plus grande crainte, comme toutes les filles, c’est le défilé en maillot de bain. Là, on te note sur ton physique. Et j’appréhende le moment des résultats, surtout si je suis finaliste. J’aimerais bien gagner, mais je n’en fais pas une obsession. Et pourquoi pas faire un peu de mannequinnat, ensuite. Aux répétitions, je me sens de plus en plus à l’aise. J’ai acquis beaucoup de confiance, surtout dans ma façon de marcher.

3/ J’aime énormément le sport. J’ai arrêté la danse pour me consacrer au fitness. Mais je fais aussi pas mal de jogging et d’aquabike. J’essaie de sculpter mon corps. Mon objectif professionnel est d’obtenir ma licence de psychologie et ensuite de me tourner vers une carrière de coach sportif.

4/ Dans la vie, j’ai un très fort caractère. Je suis gentille, mais il ne faut pas me chercher. Je suis mon chemin, avec conviction.

“J’espère être remarquée par des casteurs et des photographes”
Jill Fouchard 20 ans, 1,72 m. Étudiante en 3e année en école de sage-femme. Réside à Taravao. Célibataire.
 

1/ Les concours de beauté, ce n’est pas du tout mon domaine, mais j’ai décidé de participer parce que ma famille et mes amis me l’ont fortement conseillé. C’est une chouette expérience, je vais y participer sans me prendre la tête.

2/ Les répétitions se passent bien. Je n’ai pas l’habitude de marcher en talons aiguille, ni de défiler, mais j’apprends. J’ai beaucoup progressé avec les nombreuses répétitions en août.

Je n’ai pas de peur, ni de stress concernant cette soirée d’élection. Je n’ai pas d’expérience si ce n’est une année de danse tahitienne, mais je n’étais pas très douée. Je me prépare à fond. Je donnerai le meilleur de moi-même et on verra bien.

J’appréhende surtout le regard des membres de ma famille, ils n’ont pas l’habitude de me voir dans ce rôle, très maquillée et en défilé.

Je ne suis pas programmée pour gagner, mais sait-on jamais. Si je gagne, ce sera un beau cadeau. J’espère être remarquée par des casteurs ou des photographes, ça me plairait de faire un peu de mannequinat et surtout des photos.

3/ Je suis heureuse dans mes études. Apprendre le métier de sage-femme, c’est ma passion, si l’on peut dire. Le monde des mamans, des bébés, la vie de couple, c’est un domaine qui me passionne. Et le rapport avec les autres.

4/ Je suis épanouie dans ma vie actuelle, je reste simple, je ne suis pas difficile à vivre.

“Ce n’est pas le physique qui compte, mais la personnalité que l’on reflète sur scène”
Loris Grimardias 18 ans, 1,62 m. Étudiante en 1re année de licence de psychologie à l’Isepp. Réside à Papeete.
 

1/ On m’a beaucoup poussé à m’inscrire, mes parents aussi. J’ai donc décidé de tenter l’aventure, de faire le maximum.

2/ Les répétitions se passent très bien. J’ai participé cette année au Heiva avec la troupe Tamariki Poerani. C’est une grande école de rigueur, de discipline et de travail. Après cette expérience, les répétitions pour Miss Popa’a me paraissent plus faciles, même si je ne sais pas encore très bien défiler.

Je vais rester moi-même. Je ne chercherai pas à me créer un personnage. Je veux montrer que n’importe quelle fille peut participer à un concours de beauté, car ce n’est pas le physique qui compte, mais la personnalité que l’on reflète sur scène.

3/ Je viens d’entrer en 1re année de psychologie, après une première année de droit à l’Université de Polynésie française. J’ai l’impression de trouver ma voie. Je rêve de devenir psychologue de l’armée. Il n’y a pas de tradition militaire dans ma famille, même si mon frère a été soldat un temps. C’est en regardant les infos à la télé depuis toute petite, j’ai envie de comprendre le comportement des soldats sur un champ de bataille, ce qui se passe dans leur tête et comment soigner ceux qui rentrent traumatisés.

4/ J’aime la danse, le sport et les amis. Je suis une jeune femme comme les autres, je concilie les études et les bons moments de la vie.

“J’aurai des supporters dans la salle, c’est super !”
Ambre Laplanche 18 ans, 1,63 m. En terminale ES au lycée Tuianu-Legayic. Réside à Papara.
 

1/ Ma copine Tiphaine m’a demandé de la rejoindre au concours. On avait envie de partager ensemble cette expérience, donc je me suis inscrite.

2/ J’ai déjà suivi un an de formation en mannequinat avec l’agence Tahiti Models. J’ai également fait un grand nombre de shootings photos à Tahiti ou en France. J’ai intégré les répétitions sans problème. J’ai l’habitude des postures et des défilés. J’ai juste eu à apprendre les chorégraphies. Je n’ai aucun stress. Que je gagne ou pas, peu importe, je vais m’améliorer. J’avais une seule inquiétude, que la salle soit silencieuse à mon passage. Heureusement, des membres de ma famille et des amis m’ont vu dans La Dépêche et m’ont assuré de leur présence. J’aurai des supporters dans la salle, c’est super !

3/ Ma grande passion, c’est l’équitation. J’ai déjà vécu à Tahiti entre 10 et 14 ans. Je suis revenue il y a un an, en suivant mes parents, professeurs. Cette fois-ci, j’ai amené mes chevaux, Tahiti et Manzana.

J’aime particulièrement le contact et le dialogue avec les chevaux, mais aussi tous les animaux. Je me sens moi-même, heureuse, en leur compagnie.

Je suis en terminale ES. Je concilie les études, le mannequinat et l’équitation. J’espère devenir infirmière ou de professeur de philosophie.

4/ J’ai du caractère, mais je sais aussi être conciliante. J’ai horreur de me fâcher avec les gens.

“Malgré mon expérience, je suis toujours stressée”
Tiphaine Tauraa 19 ans, 1,68 m. Lycéenne en terminale mercatique au lycée Aorai. Réside à Papeete.
 

1/ J’ai déjà participé à deux concours de beauté locaux en 2012, j’ai même obtenu un titre de 2e dauphine. Mais à chaque fois, j’ai entendu des petites phrases désagréables, comme “elle ne fait pas assez tahitienne”, “elle est trop blanche”. Donc, là, à Miss Popa’a, je suis sûr que, si je ne gagne pas, ce ne sera pas pour des mauvaises raisons. J’aimerais obtenir un prix. Mais, si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave. L’expérience est déjà très enrichissante. j’ai fait beaucoup de nouvelles rencontres.

2/ Je fais du mannequinat, beaucoup de shootings photo et j’ai été le mannequin de la marque Aloha. Donc, monter sur un podium et défiler, j’ai l’habitude. Je ne suis pas dans une agence pour l’instant, mais pourquoi pas un jour. J’apprécierais de travailler avec Alberto V. Malgré mon expérience, je suis toujours stressée à l’idée d’être confrontée à un public. Mais ça disparaît dès que je monte sur scène. J’espère que mon sourire séduira le jury.

3/ Ma passion, c’est ma carrière de mannequin. J’ai d’ailleurs été sollicitée par une agence parisienne, qui voulait que j’aille en France. J’ai refusé parce que, cette année, je veux d’abord obtenir mon bac. Mais, je tenterai l’aventure l’année prochaine.

4/ Je suis une jeune femme gentille, aimable, patiente et calme. J’espère réussir un jour dans ma passion, mais j’attends mon heure. Peut-être que la chance me sourira ce vendredi.

“La vie, c’est aller au-delà de ce que l’on sait faire”
Aurélie Charuel 29 ans, 1,65 m. Pharmacienne à Carrefour Punaauia. Bac+10 (6 ans d’études en pharmacie, et 4 ans d’internat). Réside à Punaauia. Célibataire.
 

1/ Des collègues m’ont incité à participer à ce concours. Il y avait eu beaucoup de désistements, les organisateurs cherchaient en dernière minute des candidates. J’ai essayé de convaincre une amie de me suivre, ça n’a pas marché. Mais je me suis quand même jetée à l’eau.

2/ Je n’ai participé qu’à deux répétitions. C’est mon premier concours de beauté. Les chorégraphies sont assez simples à retenir. Je suis perfectionniste, je répète chaque jour chez moi. Je m’habitue aussi à porter des talons aiguilles. Je ne suis jamais montée sur scène. Par contre, je donne des cours de pharmacologie depuis un an et demi. Je prends ce concours comme une expérience supplémentaire pour me sentir encore plus à l’aise en public. La vie, c’est se mettre des défis, aller au-delà de ce que l’on sait faire. Je suis gâtée. Je vais tout faire pour que l’aspect esthétique soit réussi, en restant moi-même, naturelle.

3/ J’aime le sport. Je cours tous les deux jours sur la route des plaines et je pratique régulièrement la plongée, la planche à voile, l’aquabike ou encore le wakeboard. La cuisine est ma deuxième passion. J’aime préparer des plats sucrés salés et des desserts.

4/ Je suis assez facile à vivre et perfectionniste. J’arrondis beaucoup les angles. J’ai de l’empathie pour mon prochain, j’aime dialoguer et comprendre les problèmes.

Miss Popa’a

L’élection aura lieu vendredi 5 septembre, à partir de 18 h 30, au restaurant Le Captain Bligh. Le jury sera présidé par Dadou Paillé, ex-directrice de Miss Tahiti. Les résultats seront annoncés vers minuit, avant que le DJ Harold n’enflamme le dance floor jusqu’à deux heures du matin.

 

Tarif : 6 500 Fcfp (dîneur), 1 500 Fcfp (non-dîneur).

 

Réservations au 87.77.21.90.

 

Billets en vente à Love Love (galerie marchande de Carrefour Punaauia).

Propos recueillis par Cyr. C. - cyril@ladepeche.pf
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg

Les dernières contributions


11/09/2015 à 15h06

Bonjour Mr/Mme

Offre de prêt d'argent et investissement entre particulier,nous offrons de 5000€ a 18.000.000€,mon taux d'intérêt est de 2%
Personnes intéressé veuillez nous contactez pour plus de détail: vergnaud.sebastien@outlook.fr

Cordialement