Connexion

Mot de passe oublié
FAA’A

Les collégiens s’intéressent à la guerre 1914-18

Publié le mercredi 10 septembre 2014 à 01H00

Exposition et conférence au collège Henri-Hiro

1 2
Le commandant Philippe Leydet, directeur de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre de Polynésie française (Onac), a animé deux conférences, lundi et mardi.

Le commandant Philippe Leydet, directeur de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre de Polynésie française (Onac), a animé deux conférences, lundi et mardi.

Près de 130 élèves de 3e du collège Henri-Hiro ont découvert l’exposition nationale sur la guerre 1914-18, présentée au sein de leur établissement au Centre de documentation et d’information (CDI) du 1er au 12 septembre. Il s’agissait du premier passage de cette expo-événement dans un établissement scolaire du fenua, avant son installation à l’Assemblée de Polynésie à la mi-septembre.

Les professeurs d’histoire-géographie avaient spécialement avancé l’étude de ce chapitre important en début d’année pour que les élèves puissent découvrir les 20 panneaux d’information et de photos, avec moult connaissances.

Cette séquence pédagogique s’est terminée en beauté, lundi et mardi, par une rencontre avec le commandant Philippe Leydet, directeur de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre de Polynésie française (Onac).

Les collégiens ont d’abord visionné un diaporama ainsi qu’un film, avant de poser leurs questions. Bien informés sur les moments importants de cette guerre, quelques élèves se sont intéressés à la vie quotidienne des soldats : quelle tenue portaient-ils ? Quelles armes avaient-ils ? Où sont-ils allés ?

Concentrés, ils ont pris pas mal de notes et écouté les réponses du commandant Leydet dans un silence quasi religieux... À quelques exceptions près.

La passion autour de ce moment de l’histoire de France, qui concerne de nombreuses familles polynésiennes, monte en puissance.

“Des personnes d’un certain âge viennent régulièrement à l’Onac glaner des infos ou des photos concernant leurs ancêtres, explique Philippe Leydet. Environ 1 100 Polynésiens ont combattu à la grande guerre, 1 076 ont été mobilisés en contingent, d’autres étaient déjà en métropole et certains sont partis de leur propre initiative. 292 Polynésiens sont morts pour la France, même si seulement 231 d’entre eux sont marqués sur le monument aux morts de Papeete. Les chiffres évoluent avec le temps, c’est une affaire d’historiens. Quand un chercheur s’aperçoit d’un oubli, des procédures judiciaires doivent être engagées pour que le soldat soit reconnu mort pour la France. Ça prend du temps. Pensez que Maxime Destremeau, le défenseur de Papeete, n’a reçu sa mention mort pour la France qu’en 2002.”

Après l’expo sur la Shoah en mai dernier, le collège Henri-Hiro montre un intérêt certain pour les expos et conférences de l’Onac qui, d’après les professeurs, aide les élèves à consolider leurs connaissances.

 

CyrC cyril@ladepeche.pf
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg