Connexion

Mot de passe oublié
FAA’A

Le ras-le-bol des habitants de la résidence Tokerau II

Publié le mardi 02 septembre 2014 à 01H00

Un grillage bloque des voitures au sous-sol et pose problèmes en cas d’intervention

La résidence Tokerau II était victime d’un éboulement en mars.

Les résidents doivent, depuis près de six mois, parcourir une centaine de mètres à pied et gravir plusieurs escaliers avant de pouvoir entrer chez eux.

Un grillage de protection emprisonne des voitures et des deux-roues dans le parking sous-terrain de la résidence. Ce grillage crée également un obstacle pour l’évacuation rapide des résidents et l’intervention des pompiers en cas de sinistre.

1 2 3
Le grillage, censé protéger les habitants de la résidence Tokerau II contre la chute de rochers, crée en fait un obstacle en cas d’évacuation ou d’intervention des pompiers ou autre service  de secours lors d’un éventuel sinistre.

Le grillage, censé protéger les habitants de la résidence Tokerau II contre la chute de rochers, crée en fait un obstacle en cas d’évacuation ou d’intervention des pompiers ou autre service de secours lors d’un éventuel sinistre.

Rien ne va plus à la résidence Tokerau II, qui avait été victime d’un éboulement en mars de cette année. Presque six mois après l’événement géologique lié aux fortes pluies, rien n’a été fait pour consolider le talus qui menace toujours de s’effondrer sur les 48 logements situés en contrebas. Pourtant, des travaux ont bien été entrepris, non pas de consolidation, mais de prévention de chute de pierres sur les appartements du rez-de-chaussée.

Un grillage a été posé au niveau des parkings extérieurs. Il est censé retenir les blocs de rochers qui se détacheraient de la montagne.

Cette initiative aurait pu être saluée par les résidents, si celle-ci avait été menée en concertation avec ces derniers, et surtout si elle avait été conduite au retour des congés de tous les habitants.

En effet, qu’elle n’a pas été la surprise de quelques résidents qui, au retour de vacances, ont constaté que leur véhicule était emprisonné dans le parking sous-terrain à cause du grillage de protection qui ferme son accès. Impossible donc de sortir les voitures et les deux-roues, l’accès étant bloqué par un grillage de protection.

 

Obligation de laisser les véhicules à l’extérieur

À cette situation ubuesque vient s’ajouter celle de l‘impossibilité, pour les habitants de Tokerau II, interdiction administrative oblige, de descendre l’allée de la résidence pour venir en voiture au niveau des parkings extérieurs.

Il faut donc que ceux-ci garent leur véhicule de l’autre côte du portail d’accès de la résidence, sur la voie publique. Il faut ensuite qu’ils marchent une bonne centaine de mètres, avant de se diriger vers la piscine de la résidence, qu’ils montent ou descendent plusieurs escaliers et plusieurs dizaines de marches avant de pouvoir, enfin, ouvrir la porte de leur appartement.

 

Si les plus sportifs ou les plus résignés continuent de pratiquer au moins deux fois par jour cette “épreuve sportive”, les locataires sont, quant à eux, de plus en plus nombreux à déménager pour retrouver des conditions de résidence plus “normales”. La résidence se vide donc un peu plus chaque mois et, bientôt, seuls les propriétaires vont par la force des choses continuer à faire vivre les lieux.

Aujourd’hui, les habitants de la résidence Tokerau II attendent que les travaux de consolidation du talus soient entrepris le plus rapidement possible, et cela d’autant plus que la saison des pluies approche et que les risques d’éboulement grandissent avec l’arrivée des fortes précipitations.

À ce risque, il faut ajouter celui de l’évacuation et de l’intervention des pompiers en cas d’incendie. En effet, les accès aux escaliers menant aux appartements sont en grande partie obturés par le grillage, ce qui fait craindre des conséquences dramatiques en cas de sinistre puisque le grillage, censé protéger les habitants, fait également office d’obstacle à l’intervention des pompiers et à l’évacuation des lieux.

Selon Xavier Sandeaux, habitant de la résidence, l’action en justice n’a pas permis de déterminer les responsabilités. Pire, il semblerait, d’après ce dernier, que le syndic ait donné son préavis pour quitter la gestion de Tokerau II en laissant aux résidents le choix de trouver un nouveau syndic qui reprenne en main le dossier contentieux lié à l’éboulement.

Xavier Sandeaux et d'autres habitants de la résidence Tokerau II dénoncent l'absence d'avancée concernant la sécurisation du talus à l'origine d'un éboulement en mars 2014.

 

Pascal Martin
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg