Connexion

Mot de passe oublié
FAA’A

La société de transport RTT s’explique, mais les parents maintiennent leur plainte

Publié le vendredi 05 septembre 2014 à 01H00

La fillette de six ans avait été déposée devant la stèle de Tavararo par le chauffeur de bus

Félix, le papa de Hanivai, attend avec impatience les conclusions de l’enquête de gendarmerie sur ce qu’a réellement dit et fait  le chauffeur de bus.

Félix, le papa de Hanivai, attend avec impatience les conclusions de l’enquête de gendarmerie sur ce qu’a réellement dit et fait le chauffeur de bus.

Dans notre édition du 23 août, nous avions raconté la mésaventure de la petite Hanivai et de ses parents dans l’article intitulé “Une heure sans savoir où est passée sa fille de six ans, c’est terrible !”.

Cette élève de CP de l’école Saint-Hilaire avait été déposée devant la stèle de Tavararo par le chauffeur de bus scolaire, alors que personne ne l’y attendait. Et pour cause, elle habite Teroma et ne fait pas partie des enfants inscrits au bus scolaire. Ses parents n’arrivant pas à l’heure à l’école, elle avait paniqué et s’était glissée au dernier moment dans une file d’élèves prenant le bus. Pendant une heure, ses parents, Félix et Aïda, l’avaient cherchée en vain autour de l’école Saint-Hilaire. Une dame au grand cœur, Rolande, avait recueilli Hanivai en pleurs et l’avait conduite à la brigade de police municipale.

Suite à cet événement, la famille de Hanivai avait déposé une plainte à la gendarmerie de Faa’a. Pour l’instant, aucun rapport d’enquête ne leur a été transmis. En revanche, Clément Clark, directeur de la société Réseau de transports urbains, a mené sa propre enquête en interne. Pour lui, “le chauffeur a confondu Hanivai avec une autre petite qui lui ressemble et qu’il déposait l’année dernière devant la stèle, car sa maman travaillait dans un magasin très proche. C’était le deuxième jour après la rentrée et une confusion de ce type peut arriver. Nous avons organisé un rappel à l’ordre, car un enfant ne doit pas être laissé seul sur le trottoir. Notre personnel doit vérifier qu’un parent, un membre de la famille, un grand frère le prend en charge. Dans le cas de Hanivai, le chauffeur aurait dû garder cette fillette et l’amener à la police municipale. Le problème aussi, dans ce genre d’affaires, c’est que les enfants n’ont pas d’étiquette avec leur nom, téléphone ou adresse. Et puis, l’école n’aurait pas dû laisser cette élève rejoindre une file d’élèves prenant le bus. En tout cas, on fera de notre mieux pour qu’il n’y ait plus de cas similaire.”

Félix Taimana, le papa de Hanivai, joint hier par téléphone, ne se satisfait pas de cette explication : “J’ai bien eu M. Clark au téléphone. Il nous a présenté les excuses de son entreprise et m’a expliqué sa version des faits. Mais, je me tiens, pour l’instant, à ce que nous a expliqué ma fille. Elle nous a raconté que le chauffeur de bus lui avait dit : “Maintenant descends, tu peux te débrouiller toute seule !”. Je crois que la société de bus essaie de se déculpabiliser. J’attends donc les résultats de l’enquête de gendarmerie. Depuis que l’affaire a éclaté, de nombreuses personnes me félicitent d’avoir porté plainte. Beaucoup m’ont avoué qu’ils auraient déjà rossé le chauffeur, mais ce n’est pas ma façon d’agir et je ne veux pas envenimer la situation. Je pense que la gendarmerie nous expliquera bientôt ce qui s’est réellement passé.”

 

Cyr. C. cyril@ladepeche.pf
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg