Connexion

Mot de passe oublié
FAA'A

“Faa'a a un grand avenir économique devant elle”

1 contribution

Publié le lundi 08 septembre 2014 à 01H00

Le tavana Oscar Temaru évoque les dossiers de la rentrée

Oscar Temaru veut relancer la bataille contre le Code général des collectivités territoriales.

Quels sont les dossiers importants de cette rentrée pour votre équipe ?

Nous venons d'inaugurer ce centre de formation et de développement des adolescents après deux années de travaux, c'est important que l'on puisse accompagner les jeunes en difficulté, qu'ils puissent obtenir une formation.

Là, on va les accueillir et les aider à progresser. Et on continue toutes nos formations en agriculture et apiculture pour les adultes.

Et il y a aussi des cours d'anglais. L'éducation reste toujours pour nous la priorité.

 

Comment l'économie de la commune se porte-elle ?

Nous venons d'inaugurer le nouveau bâtiment très moderne de la Sodimec, qui sert aux particuliers et aux entreprises. C'est formidable d'accueillir une telle entreprise.

À la mi-novembre, Carrefour ouvrira sa nouvelle grande surface et une galerie marchande. Faa'a a un grand avenir économique devant elle.

On pourrait aussi accueillir des hôtels trois étoiles, des pensions de famille, des chambres d'hôtes. En fait, l'avenir, c'est aussi et surtout le développement du tourisme.

Nous ne devons pas être spectateurs, mais des acteurs actifs dans ce domaine. Le tourisme, ce n'est pas l'affaire uniquement de la municipalité, mais l'affaire de tous.

 

Que vous a inspiré la décision du jury qui a choisi le projet hawaiien pour le Mahana beach de Punaauia ?

Pour moi, les jeux étaient faits avant le concours. On s'est moqué des Chinois, et ça, ce n'est pas bon du tout pour l'avenir économique de la Polynésie.

Mais je ne compte pas en rester là. Nous avons des indices, des informations, nous menons des recherches sur ce qui a pu se passer à Hawaii, nous préparons un dossier. Nous réfléchissons à attaquer cet appel d'offres, nous avons encore quelques semaines pour agir.

 

Le Code général des collectivités territoriales (CGCT) est également dans votre viseur...

Nous étions la seule commune à nous élever contre ce CGCT il y a quelque temps, je vois que maintenant, de nombreuses communes de Polynésie ont la même opinion que nous.

Je ne comprends pas que l'on ne puisse pas l'amender comme cela a été fait en Nouvelle-Calédonie.

L'idée derrière ce Code, avec les budgets annexes, c'est de nous obliger à privatiser des services communaux.

Il y a 30 ans, déjà, la Lyonnaise des eaux était venue me voir pour proposer de gérer nos services eaux et ordures, j'avais dit non. Je n'ai pas changé d'avis. Si on met en place le CGCT comme prévu, les factures d'eau de nos habitants vont être multipliées par cinq. Ce n'est pas la solution. Il faut rediscuter ce dossier avec l'État.

Propos recueillis par CyrC cyril@ladepeche.pf
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg

Les dernières contributions


08/09/2014 à 13h30

Faa'a, la plus belle ville du monde, grâce à Oscar...☻