Connexion

Mot de passe oublié
ÉCONOMIE

Prix des cigarettes : on n’y comprend plus rien

Publié le samedi 06 septembre 2014 à 01H00

Le report de l’entrée en vigueur des nouvelles taxes a provoqué des différences de tarifs

En juillet, l’assemblée avait voté une loi de Pays portant sur l’augmentation de 15 à 20 % du prix des cigarettes.

Une hausse qui devait être applicable au 1er août, puis au 1er octobre.

Les importateurs ont été confrontés à un problème de mise en place et de gestion des stocks, face aux différentes fiscalités du tabac. Du coup, il existe, pour une même marque, trois prix “licites”, selon le commerce et son stock.

Le prix d’un même paquet  de cigarettes varie  d’un commerce à l’autre depuis la mise en place différée des nouvelles taxes.

Le prix d’un même paquet de cigarettes varie d’un commerce à l’autre depuis la mise en place différée des nouvelles taxes.

Les prix du tabac en Polynésie française deviennent un véritable casse-tête. Aussi bien pour le consommateur, que pour les buralistes.

Difficile, pour les fumeurs, de s’y retrouver dans le prix exact d’un paquet de cigarettes. D’un magasin à un autre, depuis le début du mois, les tarifs varient. Arnaque ou pas ?

Rien de cela. Juste une application bien difficile de la fiscalité. En juillet, un projet de loi du Pays destiné à toiletter la fiscalité en matière d’importation de tabac avait été voté. Un texte qui prévoyait notamment une hausse des cigarettes de 15 à 20 %. Une mesure qui devait être appliquée au 1er août. Au final, la loi relative à la fiscalité douanière sur l’importation du tabac a été reportée au 1er octobre, pour des raisons d’écoulement et de gestion de stocks des importateurs.

C’est là que réside le nœud du problème. Entre le 1er août et la décision de report de cette décision à la mi-août, certaines marchandises ont été déclarées par les importateurs avec les nouvelles taxes en vigueur. Ce qui, de facto, entraîne une répercussion immédiate des tarifs sur la marchandise.

En réalité, actuellement, depuis cette “boulette” de l’assemblée de la Polynésie française, cumulée aux problèmes de stocks des fournisseurs, il existe, sur le marché, trois différents tarifs pour un même paquet de cigarettes.

 

Les cigarettes récemment déclarées moins chères

Il y a près de trois mois, une baisse significative sur les cigarettes avait été actée, puis, un mois plus tard, une remise sur le tabac avait également été mise en place.

Depuis la loi du Pays adoptée en juillet, les nouvelles taxes ont été mises en place et ont été répercutées la semaine dernière chez certains commerçants… De quoi s’arracher les cheveux.

“Les importateurs qui déclarent leurs marchandises au jour d’aujourd’hui, leurs cigarettes seront moins chères sur le marché ! En clair, eux ne paient pas la nouvelle taxe, puisque l’assemblée a décidé de repousser cette mesure au 1er octobre !”, explique la Direction générale des affaires économiques (DGAE).

Un véritable casse-tête ! Pour éviter les fraudes, les contrôleurs de la DGAE restent vigilants.

“Nous faisons un contrôle sur stock, et les importateurs ont l’obligation de ne pas répercuter à la hausse les prix n’importe comment. Les ventes doivent se faire dans l’ordre d’arrivée des marchandises. Les importateurs eux-mêmes sont vigilants par rapport à leurs commandes puisqu’ils essaient de vendre le dernier prix lorsque les derniers colis sont épuisés”, souligne un proche du dossier.

Les cigarettes de plus en plus chères. Quel que soit le prix des paquets de tabac actuels, la DGAE assure qu’ils sont tout à fait “licites”.

Mais d’un commerce à l’autre, le prix d’un paquet varie, et les consommateurs voient rouge.

“J’ai acheté mon paquet à Punaauia, dans une grande surface. Il m’a coûté 697 Fcfp, et, juste à côté, dans une petite boutique, il le vendait à 600 Fcfp. C’est n’importe quoi !”, peste Rudolphe.

Pour autant, une fois de plus, la DGAE assure que tout cela se fait sous contrôle. La faute aux taxes en vigueur au moment de l’importation et à l’écoulement des stocks.

 

“C’est le jeu fiscal”

“Il y a un effet de yo-yo en fonction de quand sort la marchandise sous douane et quand elle est vendue. C’est la règle, le jeu. En ce moment, du moins depuis le projet de loi, puis son report, c’est difficile de s’y retrouver mais c’est le jeu fiscal. Il y a plusieurs choses en question : les taxes, la devise…”, s’époumone un douanier.

Un jeu d’écriture et de fiscalité pas à la portée de tous. En attendant, buralistes, commerçants et consommateurs souhaitent y voir plus clair. Sauf que la situation risque de perdurer jusqu’à la mi-octobre, voire en novembre.

“Tout le monde va payer les mêmes taxes à partir du 1er octobre. Certains importateurs auront encore du stock pas encore taxé, donc ils vont continuer à le vendre. Ces paquets de cigarettes continueront donc à être moins chers. Toutefois, ce ne sont pas des stocks énormes. Aussi, il faut compter au moins 15 jours à un mois pour espérer une stabilisation des prix”, souligne-t-on à la DGAE.

Les consommateurs sont prévenus, et certains pensent déjà à faire des “réserves”, avant que les prix ne s’affolent. D’autres pensent arrêter de fumer. Pour certains irréductibles, la hausse de 15 à 20 % du tabac ne changera rien à leur consommation.

En attendant, les buralistes ne savent plus comment justifier ces écarts de prix : “Lundi, un client m’a acheté un paquet à 600 Fcfp. Le lendemain, ce paquet était à 725 Fcfp. Il ne l’a pas bien pris du tout. Cela fait deux fois que l’on me fait la remarque. Les clients croient qu’on se met de l’argent dans les poches”, regrette Frédérique, buraliste au tabac Les Alizées.

“Ce sont toujours les mêmes qui paient”
Aude
 

“Moi, je ne fume que du tabac à rouler parce que c’est le moins cher. Mais je sais que ça va augmenter. Je pense que si c’est pour faire en sorte que les consommateurs fument moins, ce n’est pas en mettant des taxes que les gens vont arrêter de fumer.

Je trouve quand même tout cela aberrant. La cigarette, c’est nocif mais il y a quand même, selon moi, d’autres produits à taxer. Ce sont toujours les mêmes qui paient.

En ce moment, il est vrai qu’on ne comprend plus rien aux prix des cigarettes. Dès que je n’en ai plus, je m’arrête au premier magasin, sans forcément regarder les prix. Et je me suis aperçue que récemment ce n’étaient pas les mêmes prix. Ça m’a étonnée. Surtout lorsqu’on m’a dit que mes cigarettes vont augmenter encore plus. Encore une fois, c’est aberrant. C’est une très mauvaise idée.”

“J’arrêterai de fumer, je pense”
Tinorua
 

“Ça fait longtemps que je fume. Depuis que j’ai 13 ans. Aujourd’hui, je fume du Bison. Depuis quelques années, cela ne fait que d’augmenter. On me dit que ça va encore augmenter. Je vais réfléchir à mes dépenses parce que je fume pres-que deux paquets de Taho par jour. C’est trop ! J’arrêterai, je pense. Les taxes sont trop chères.”

“Les clients croient qu’on se met de l’argent dans les poches”
Frédérique Osselez - Les Alizés
 

“Le consommateur est un peu perdu. Et, franchement, nous ne sommes pas tous égaux face à cette nouvelle taxe. Moi, par exemple, j’ai un stock que pour une semaine. Une rue en face, le prix des cigarettes n’est pas le même. Et là, il y a des baisses et des hausses à tout-va.

Lundi, un client m’a acheté un paquet à 600 Fcfp. Le lendemain, ce paquet était à 725 Fcfp. Il ne l’a pas bien pris du tout. Cela fait deux fois que l’on me fait la remarque. Les clients croient qu’on se met de l’argent dans les poches. Ce qui est faux. On subit. Cela dépend vraiment des stocks.

En même temps, les cigarettes, cela coûte cher. Certains disent qu’ils vont arrêter de fumer et d’autres qu’ils continueront à y mettre le prix.

C’est pénible comme situation. Ni nous, ni les consommateurs ne comprenons quelque chose.”

“Il y a un grand manque d’information”
Viriamu

“J’ai cru comprendre que l’augmentation était prévue le mois prochain, et, apparemment, il y a des commerçants qui ne jouent pas le jeu, et qui ont déjà augmenté leurs tarifs. On ne comprend pas du tout. Du coup, je fais très attention.

J’attends de voir les tarifs définitifs, et peut-être que je changerais de marque de cigarettes pour prendre celles qui seront équivalentes et plus intéressantes au niveau coût.

On attend tous les nouveaux tarifs. Je les subirai comme tout le monde. Mais à l’heure d’aujourd’hui, il y a un grand manque d’information sur le sujet. On ne sait pas s’ils vident les stocks ou si chacun fait ce qu’il veut.”

“Peu importe, j’y mettrai le prix”
Gilles
 

“Cela fait au moins 32 ans que je fume. La hausse aura très peu d’impact sur ma consommation. Je fume toujours pareil, quel que soit le prix du paquet. Par contre, il est vrai que des gens qui ont moins les moyens changeront peut-être de marque de cigarette, mais fumeront toujours autant. C’est une histoire de prix. A priori, pour moi, cela ne changera pas. Peu importe, j’y mettrai le prix. C’est une habitude. Mais, je vais me faire taxer deux fois plus mes cigarettes par mes amis !”

“C’est le flou artistique pour nous et pour les clients”
Jean-YvesBuraliste du centre Aline

“La semaine dernière, nous avons dû modifier nos prix. Nous n’avons pas compris. Nous avons dû appliquer les nouveaux tarifs de suite. Et cette semaine, ils nous ont livrés et ont remis les cigarettes à l’ancien tarif. On ne comprend absolument rien.

Je m’en tire bien parce que j’ai un petit stock. Mais ceux qui font du volume, je les plains. Nous n’avons pas d’explications. C’est le flou artistique pour nous et pour les clients. Chez un fournisseur, c’est un prix, et chez moi un autre. C’est l’incompréhension.”

JeH
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg