Connexion

Mot de passe oublié
Publication - “Carnet de voyage photographique” de Philippe Bacchet

Réédition du livre Îles et lumières

1 contribution

Publié le jeudi 11 septembre 2014 à 01H00

1 2
Philippe Bacchet est devenu expert en biodiversité sous-marine.

Philippe Bacchet est devenu expert en biodiversité sous-marine.

Philippe Bacchet - d’origine italienne, lointaine, “Baccheti” - est un peu le Raymond Depardon de la Polynésie, c’est un témoin.

De son temps (le photographe est un “survivant” du numérique), mais aussi des “Îles et lumières”, son “carnet de voyage photographique”, réédité aux éditions Au vent des îles, avec format et prix allégés, après “des dizaines de milliers de clichés”, pris en trois décennies de Polynésie.

Pour l’occasion, l’ouvrage devient bilingue, car fort apprécié des touristes, dont l’éditeur espère “qu’un sur cinq de nos visiteurs repart avec”, avec cette nouvelle mouture, présentée hier dans les locaux conviviaux de la maison d’éditions phare du Pacifique francophone.

“C’est la lumière, les lumières, qui m’attirent avant tout, particulièrement celles du début et de fin de journée”, souligne le photographe-témoin, aérien, terrestre et sous-marin, Philippe Bacchet, toujours photographe, mais devenu expert en biodiversité sous-marine, aujourd’hui. “Elles sont extraordinaires, elles changent toute la journée. Chaque photo a son histoire”, rajoute-t-il.

Ses “30 ans d’errance, d’île en île”, soit plus de 500 clichés, triés et sélectionnés parmi des dizaines de milliers, sont réunis dans cette nouvelle édition, traduite en anglais, et rééditée dans un format plus moderne et économique, suite “à de nouvelles stratégies éditoriales” de la maison d'éditions Au vent des îles, dirigée par Christian Robert.

 

Une poignée d’îles encore à visiter

“Il me reste une poignée d’îles où je n’ai pas posé le pied”, le sien et le trépied, sans doute, confie Philippe Bacchet, qui estime à 80 % le nombre d'îles polynésiennes visitées. Il lui reste par exemple Motu One à l’extrême nord (Marquises) ou Maria (Gambier) et Marotini (Australes), à l’extrême sud à photographier, contempler et immortaliser.

Sur ces moments de vie, peu lui manquent. “J’aimerais faire des levers de lune et des moments de gros mauvais temps”, avoue-t-il.

Dans Îles et lumières, la thématique “couleurs” saute aux yeux du lecteur. Bleu, vert, blanc, mais aussi rouge, jaune, violet, noir, argent, pètent, éclatent, éclaboussent notre œil d’humain. Plus nuancée, l’orientation “3D” désoriente et envoûte l’amateur de belles images. Nous pénétrons dans le livre par les airs, pour le terminer au fond des mers. Entre-temps, nos yeux voyagent, au cœur des cinq archipels, au plus profond de la population, de la végétation, de l’émotion, de la création.

Et le plus incroyable au XXIe siècle et à l’heure de Photoshop à outrance, la quasi-totalité de ces clichés réunis ont été réalisés à “l’ancienne”, c’est-à-dire à l’argentique et non au numérique.

“Maintenant, tout le monde est photographe”, reconnaît le capteur d’images. “Il y a 10 ans, à chaque fois qu’on appuyait, on payait. On travaillait différemment, maintenant on a tendance à oublier le travail en amont dans le viseur, aujourd’hui on ne peut pas être photographe sans être infographiste”, reconnaît l’intéressé, “toujours rétissant à mitrailler (en rafale)”.

“Îles et lumières”, du 100 % fenua.

 

Pratique

Îles et lumières de Philippe Bacchet, aux éditions Au vent des îles, 500 photos, 208 pages, 3 950 Fcfp, en vente en librairie et grandes surfaces.

Philippe Bacchet sera en séance de dédicaces à la librairie Odyssey, samedi 13 septembre de 9 heures à midi.

Christophe Cozetteccozette@ladepeche.pf
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg

Les dernières contributions


01/11/2014 à 09h54

Mme DUPAROGO Pascaline , voila une femme formidable, sérieuse et honnête , plusieurs personnes qui parlent que de elle. J'ai

aussi fait l'expérience avec elle après avoir été arnaqué plusieurs par des faux prêteurs. Au début j'étais un peu méfiante mais

après les différentes procédures sécurisées pour nous deux j'ai fini par avoir le prêt demandé sur mon compte 72 heures.

Veuillez prendre contact avec la si vous avez besoin d'un prêt auprès d'une personne honnête et sérieuse, voici son mail:

duparogopascaline@gmail.com