Connexion

Mot de passe oublié
TUBUAI

Sit-in pacifique sur le quai de Mataura

Publié le vendredi 05 septembre 2014 à 01H00

Les opposants aux travaux de dragage se font entendre

1 2
Tout le monde s'est expliqué dans le calme, malgré une ambiance un peu tendue. Les gendarmes ont parfaitement tenu leur rôle de médiateur. L’association Te ora nui no Tubuai s’inquiète des travaux effectués dans le chenal, qui pourraient conduire à une reprise de l’épidémie de ciguatera.

Tout le monde s'est expliqué dans le calme, malgré une ambiance un peu tendue. Les gendarmes ont parfaitement tenu leur rôle de médiateur. L’association Te ora nui no Tubuai s’inquiète des travaux effectués dans le chenal, qui pourraient conduire à une reprise de l’épidémie de ciguatera.

Hier, à Tubuai, il était impossible de se rendre au quai de Mataura. L’association Te ora nui no Tubuai, inquiète des travaux effectués dans le chenal, qui pourraient conduire à une reprise de l’épidémie de ciguatera, avait en effet investi les lieux, afin d'empêcher la reprise des travaux de l’entreprise Boyer.

 

Travaux momentanément suspendus

Aux aurores les manifestants étaient sur place, empêchant quiconque d'accéder au chantier.

Suivant le mot d’ordre donné aux manifestants, le sit-in s’est déroulé dans le calme. Les gendarmes ont effectué une médiation mais un constat a tout de même été établi. Les manifestants se sont relayés afin d'assurer une permanence. À midi, le sit-in a été levé. Les manifestants ont ouvert le passage à condition que les travaux ne reprennent pas, en attendant d'être entendus autour d'une table.

Les employés de l'entreprise Boyer ont pu accéder au site pour mettre leur matériel en sécurité. Les travaux sont suspendus jusqu'à la semaine prochaîne, en attendant l'arrivée d'une délégation ministérielle qui devrait tenter de trouver des solutions.

 

PAROLE À
Brice Dufour conducteur des travaux

“Ce n'est pas nous qui avons demandé à effectuer des travaux de dragage. On a fait appel à notre entreprise pour entreprendre ce chantier. S’il y avait un arrêté nous stipulant d'arrêter les travaux, nous arrêterions mais là, il n'y a rien de tout ça. Il faudrait savoir qui a demandé que ces travaux soient effectués. Nous, on est payés pour creuser. Après, c'est l'Équipement qui décide de ce qu'il faut faire de ce qui est extrait. Ces travaux sont nécessaires à la sécurité du Tuha’a pae, qui rentre apparemment à ses risques et périls.”

De notre correspondant T T Teipoarii
Imprimer Recommander Wikio Facebook twitter digg